Pour ce long week-end du 11 novembre, nous avons décidé d'aller visiter l'Ariège, département voisin qui réserve encore de magnifiques endroits sauvages et méconnus.

Dés Saint Girons, nous rencontrons la neige. Les prés en sont couverts, et elle commence à accrocher sur la route. Nous sommes à peine à 400m. Cela ne présage rien de bon pour notre balade...

Trois kilomètres avant Luzenac, qui doit être notre point de départ, nous sommes bloqués par la neige, à un peu plus de 500m d'altitude. Il faut mettre les chaînes si nous voulons continuer. Déjà des véhicules sont en travers de la route.

Il faut se rendre à l'évidence. Pas question de faire la route des corniches ni les Monts d'Olmes dans ces conditions.

Il n'est pas loin de midi. Nous faisons demi-tour pour aller déjeuner sur le parking des grottes de Lombrives, considérée comme la plus vaste grotte d'Europe. Après déjeuner nous rallions Bélesta. Nous allons donc faire une partie de notre balade, mais à l'envers. La neige est moins présente sur ce versant.  

Nous nous arrêtons à la fontaine intermittente de Fontestorbes, appelée aussi "fontaine folle". En été l'eau coule 5mn et s'arrête 30mn. Ce phénomène est du à la présence d'un siphon qui se désamorce lorsque le débit est inférieur à 1040 l/s. Mais en cette saison, le débit est tel que nous ne la verrons pas s'arrêter de couler. 

Direction le Plateau de Sault et la forêt de Belesta par la D16. Mais très vite la neige nous empêche de continuer. Demi-tour et nous rejoignons Fougax et Barrineuf, petit village sympa et accueillant. Un petit parking se trouve sur la route des gorges, à la sortie du village. Nous y passerons la nuit, seul et au calme.  

Le lendemain, direction le hameau de Pélail, point de départ pour les gorges de la Frau. Ce hameau perdu dans la forêt, offre un bel emplacement pour stationner, ainsi qu'eau et wc dans une cabane aménagée. Des tables sont aussi réparties sur le site, au bord du ruisseau. Les gorges se trouvent au bout de la route, étroite mais accessible aux camping-cars, 3 km plus loin. 

 

 

Les gorges de la Frau, longues de 5 km, dont le nom signifie "effroi", semblent sorties des entrailles de la terre. Des buis bordent un sentier caillouteux, surplombé par des falaises de plus de 400m de haut.

Le sentier grimpe, et bientôt la neige apparaît sur celui-ci. Il bruine et il fait un froid de canard. Mais le paysage est superbe. Ce sentier est une liaison naturelle entre Fougax, en Ariège, et Comus, dans l'Aude.

La neige est dure et la montée se fait difficile a travers cette nature hostile. La neige a remplacé la pluie, et bientôt la visibilité devient nulle. A regrets nous décidons d'abandonner notre randonnée et de rejoindre le camping-car. Ce qui est une sage décision, car il neige de plus en plus à cette altitude.

Les gorges ont été, et sont encore, source de nombreuses légendes que les bûcherons de la Frau racontent encore.

En repartant du hameau, nous passons devant le moulin de L'Espine, construit en 1795, et qui fonctionnât jusqu'en 1925. Son mécanisme fut remis en état en 1991.

Nous repartons sur Bélesta et prenons la D16 pour aller voir le "Trou aux Corbeaux". La route ayant été dégagée, nous pouvons aller jusqu'au "château", départ de la balade. Nous décidons de la faire avant déjeuner, tant que le temps le permets.

La forêt de Belesta est une des plus belle des Pyrénées. Le départ se fait sur un très bon sentier, ou nous apercevons une ancienne citerne à eau, qui servait, et sert encore, à la ferme située un peu plus haut. D'ailleurs le chemin passe au milieu de cette ferme avant de s'enfoncer plus profondément dans la forêt.  

 

 

Au bout d'environ 25mn, nous arrivons au gouffre. Équipé d'une passerelle métallique le surplombant, ce trou situé en plein bois à 850m d'altitude, mesure environ 60m de haut sur 30m de diamètre. Au fond se trouve l'entrée d'une caverne s'enfonçant 110m sous terre.

Retour au camping-car par le même chemin. 

Suite