Balades dans le GERS. 

"Le bonheur est de nouveau dans le pré"

Circuit n° 5 . Juillet 2004

Juillet est le temps des moissons et des champs de tournesols en fleurs. Ce sera donc le fil conducteur de notre balade qui va nous faire traverser le Gers à travers la blondeur des champs de blés et le jaune éclatant des tournesols jusqu'à la limite du Lot et Garonne.

Marciac sera notre point de départ. Après une nuit au calme à côté du lac, direction Saint-Christaud par la D3 et Pallane par des petites routes étroites réservant de bien beaux points de vue.

 

Saint-Christaud. Son imposante église du 12ème, isolée sur une butte, est entièrement en briques. Un magnifique panorama  sur l'Astarac, ce terroir sud du Gers, s'offre a nos yeux depuis cet endroit.

Par la D156, nous allons rejoindre Bassoues, village accueillant et plein de charme. Sa halle en bois enjambe la rue principale.

Le donjon haut de 43m, est un chef-d'œuvre de l'architecture militaire médiévale. Une visite s'impose. Depuis son sommet, vue imprenable sur le village, la basilique St-Fris, la campagne environnante, et au loin la chaîne des Pyrénées. Au pied de la tour, se trouve le château des Archevêques.

Continuant notre route, nous traversons Montesquiou pour nous diriger vers St-Arailles. Juste avant ce village, en bordure de route, nous apercevons ce superbe lavoir.

Notre route nous mène à présent jusqu'à Vic-Fezensac, la plaza de toros du Gers. Il est midi et nous faisons une halte au bord de l'Osse. 

Nous voici maintenant à Cassaigne. Son château du XVIème servit de maison de campagne aux évêques de Condom. Mouchan et sa superbe église ci-contre, nous accueille. Ses croisées d'ogives sont l'exemple typique de la transition du roman au gothique.

Toujours par les petites routes si agréables qu'offre cette région, bordées par les champs de blé, nous allons rejoindre Larroque sur l'Osse et Lannes. Nous entrons ici dans le Lot et Garonne. 

Le village de Moncrabeau nous offre l'hospitalité pour un petit moment. Moncrabeau est un village un peu particulier. Tous les ans, le 1er dimanche d'août, a lieu la fête des menteurs. A l'issue d'un concours est élu le Roi des Menteurs. Un circuit menteur est installé dans le village. Découvrez-le, et découvrez des rues insolites (Cocu-Saute, par exemple).   

Il est impensable quand on visite Moncrabeau, de ne pas s'asseoir sur le trône du Roi des Menteurs.

La véritable histoire des menteurs de Moncrabeau.

 

Au 16ème siècle et au début du 17ème, les paysans de Moncrabeau cultivaient la menthe (On les appelaient des mentheurs) et les feuilles étaient stockées dans une mentherie fortifiée. Moncrabeau était a cette époque trés renommé pour sa menthe. A tel point que lorsque HenriIV venait voir le Baron de Riclés, il disait avec son accent béarnais:

     -Je vais à Moncrabeau boire la menthe forte qui me réconforte!

Et les gens comprenaient:

     -Je vais à Moncrabeau voir mon amante forte qui me réconforte!

De là naquit sa réputation de Vert-Galant.

Mais cette culture disparut en 1736, ravagée par plusieurs attaques de sauterelles portées par des vents de sable. Les mentheurs étaient ruinés. Et quand ils voulurent raconter leur malheur, personne ne voulut les croire, et on les traita même, c'était un comble, de menteurs. 

Et c'est ainsi que les fiers Moncrabelais devinrent menteurs puisqu'ils ne l'étaient plus.......   

Après cette petite incursion en Lot et Garonne, nous revenons dans le Gers et nous dirigeons vers La Romieu. Ce village fondé au XIème par des moines pèlerins, abrite une colossale collégiale, visible des kilomètres à la ronde. 

 

Le cloître a arcades de style gothique, aux arches surmontées de rosaces. La nef de l'église est haute de 15m. Des portillons de chaque côté de l'autel,  permettent l'accès à la tour octogonale et à l'énorme donjon-clocher haut de 33m.

La Romieu est également la ville des chats. Regardez bien, vous verrez de nombreux chats en pierre sur les rebords de fenêtres. Tous les ans, à la mi-août, une fête leur est consacré grâce à la légende d'Angeline. Ne manquez pas de vous faire raconter cette légende lors de votre visite.    

 

 

 

Ci-contre, la collégiale dans le coucher de soleil.

Après une nuit face à cette superbe vue, nous reprendrons tranquillement notre chemin vers Marciac, toujours à travers les champs de blé et de tournesols, toujours par des petites routes, ou l'herbe pousse au milieu tellement il y a de circulation............

Ainsi s'achèvera notre balade dans ce département qui réserve bien des surprises pour qui se donne le temps de les découvrir.