Dourgne, blotti au pied de la Montagne Noire, fût un village détruit par Simon de Montfort au XIIIème siècle, pendant la croisade contre les Albigeois. Le village sera reconstruit en 1303 grâce aux dourgnols qui allèrent demander l'indulgence du roi Philippe le Bel en visite à Sorèze. Et depuis cette date, au mois de février, les habitants célèbrent la clémence royale. Pourquoi le romarin?. L'olivier n'existant pas dans cette région, les jeunes partaient dérober dans les jardins du village, les pieds de romarin qui allaient servir d'ornement à la fête. Et depuis, la tradition perdure depuis plus de 700 ans.     

Les attelages se préparent à la "pasetjada", avec les équipages en costumes d'époque.

Le marché médiéval sur la place des promenades.

Ci-dessous, l'arrivée des seigneurs de Dourgne.

Les seigneurs de Hautpoul présentent armes et côtes de mailles, tandis que dans le chaudron mijote l'élixir de romarin.

Les musiciens du Mascarets de Riols.

Ci-dessous, petite leçon d'écriture ancienne, tandis que les chevaliers de Hautpoul assurent la protection du marché en criant haut et fort leur cri de ralliement "Hautpoul! Hautpoul!"

Le défilé des hommes d'armes, des villageois, des notables et des seigneurs, clôturera cette matinée. Tout le monde se retrouvera sur la place afin de déguster cochonnailles, grillades, élixir et autres breuvages, en attendant la reprise de la pasetjada.   

Suite