Les pigeonniers du Tarn et Garonne. 

"A la découverte d'une campagne secrète"

Novembre 2002.

Depuis  Auvillar, classé comme l'un des plus beaux villages de France, notre point de départ sera le parking du port nautique, au pied du pont. Ce circuit qui n'empruntera pratiquement que des petites routes départementales, voire communales, certaines parfois étroites avec l'herbe poussant au milieu de la chaussée, c'est dire la circulation intense dans ces endroits, est à éviter pour les "gros" camping-cars, surtout ceux à capucines, qui auront sûrement quelques problèmes sur certaines portions de ce circuit ou dans certains petits hameaux et lieu-dits, pour manœuvrer.

Quelques une de ces photos ont été faites au télé-objectif, car beaucoup de pigeonniers sont privés et donc difficile d'accès pour les photographier de près. 

Tout au long de ce récit, vous allez trouver des termes propres aux pigeonniers, concernant leurs styles, mais aussi leur construction.  Voici donc pour vous familiariser, un petit glossaire de ces termes:

Les différents types de pigeonniers de ce circuit:

Quelques termes de construction:

  • La randière: C'est l'entourage se trouvant sous les trous d'envol et empêchant les rongeurs de grimper jusqu'aux nids. Elle peut être en céramique vernissée, en zinc, en briquettes ou en pierre. 

  • La plage d'envol: Corniche en bois ou pierre devant la grille d'envol.

  • La grille d'envol: Ouverture destinée à laisser le passage aux pigeons, mais empêchant celui des prédateurs. Plusieurs formes possibles.

  • L'épi de faîtage: Il peut être en poterie, en zinc, en pierre, fixe ou démontable, surmonté d'une girouette. Il représente bien souvent un pigeon.

  • Le capel: Se trouve sur le haut des piliers des pigeonniers sur arcades. C'est un chapeau renversé empêchant les prédateurs de grimper le long des piliers.  

 

Et maintenant, place à la balade dans la campagne Tarn et Garonnaise.

Première journée.

Auvillar, la halle circulaire.

Donc, notre point de départ est la base nautique d'Auvillar, au bord de la Garonne. Après avoir traversé le pont qui enjambe la Garonne, nous continuons la D11 jusqu'au Château de Lastours. A la bifurcation, nous prenons à droite vers "La Gauge" ou se trouve un pigeonnier tour en briquettes et randière en céramique. Nous rejoignons la D116 en direction de "Bayne" et apercevons un pigeonnier octogonal sur voûtes.

Poursuivant notre chemin, nous prenons sur notre gauche vers les peupleraies, et encore à gauche après les maisons en galets. A "Garonnette" se trouve un pigeonnier carré à deux randières, et à "Bet-Ville", un autre à lucarnes. Traversant des vergers, nous en profitons pour ramasser quelques pommes. Au bout de cette route, nous bifurquons pour rejoindre Malause. Au rond-point du village, direction St. Vincent Lespinasse par la D74. Le village est sur le coteau. De nombreux pigeonniers bordent cette route, notamment celui de "Roquelaure" avec ses volets peints en rouge.      

Bayne, pigeonnier octogonal sur voûtes.  

Malause, pigeonnier tour. 

De St. Vincent, la D74 nous amène à Goudourville, ou se trouve une superbe église avec un clocher mur , ainsi qu'un château. C'est également un endroit très agréable pour une halte, voire une nuitée. Prenant à gauche et suivant la route du stade, nous arrivons à la voie ferrée et prenons à droite vers"Pinard". Nous apercevons plusieurs pigeonniers, dont celui de "Pinard" qui a été transformé en habitation. Continuant cette route en longeant le coteau sur la gauche, nous rejoignons un rond-point et la D953. Nous nous dirigeons à présent vers Lalande. Quelques pigeonniers s'y trouve. Le plus remarquable étant celui qui se trouve sur la route de St Paul d'Espis, à 150 mètres du village. Il s'agit d'un pigeonnier carré à lucarne. 

Le château de  Goudourville.

L'église de Goudourville.

A la sortie du village, nous prenons à gauche la direction de Montjoi. Cette bastide perchée, crée en 1268, offre un point de vue remarquable sur la vallée de la Séoune. L'entrée dans le village se fait par une porte ogivale et donne accès aux deux seules rues bordées par des maisons à pans de bois. Un puits et une place se trouvant à chaque bout du village. En prenant la route de gauche, nous passons "Calbel" ou l'on aperçoit dans une ferme un pigeonnier double avec le toit en pagode , puis plus loin, à"L'Hospital", un pigeonnier carré à deux lucarnes et randières en zinc. En revenant sur la route de Montjoi, nous prenons à droite à la patte d'oie vers les lieux-dits "Couffut-haut" et "Couffut-bas". Là, nous apercevons un couple de faisans au bord de la route, loin d'être effrayé en nous voyant.

Lalande, pigeonnier carré à lucarne. 

Montjoi, bastide médiévale.

Pigeonnier sur piliers, au pied du village de Montjoi. 

Sur notre droite se trouve le pigeonnier de "Percurayre". La route descends dans la vallée. En bas de la descente, nous prenons à droite et aussitôt à gauche. Nous passons dans une ferme, traversons la vallée et nous dirigeons vers Castelsagrat, bastide crée en 1269, et possédant une superbe place centrale à couverts. Nous quittons Castelsagrat pour rejoindre la D953, et prenons à droite vers Valence d'Agen. Nous rejoignons Lalande , contournons Valence, et prenons la direction d'Auvillar en passant au pied de la centrale nucléaire de Golfech, et de l'ascenseur à poissons (visite libre et gratuite).

 Retour à notre base de départ, où nous passerons la nuit au bord de la Garonne.

Golfech.

Suite de la balade.......